Une simple promesse, un véritable succès

Pour le regretté Ueli Prager, fondateur de Mövenpick, la clé du succès en affaires résidait dans une idée simple.

"Nous ne faisons rien de bien extraordinaire", avait-il coutume de dire, "nous avons du succès tout simplement parce que nous faisons des choses ordinaires d’une façon extraordinaire."

Cette philosophie a révolutionné la restauration européenne et inspiré une approche entièrement nouvelle de l’hospitalité. Aujourd’hui, les paroles d’Ueli Prager résonnent encore chez Mövenpick Hotels & Resorts, qui s’apprête à gérer 100 hôtels à l’horizon 2015.

2015 Mövenpick Hotels & Resorts vise 100 établissements en gestion à travers le monde à l’horizon 2015 et la certification Green Globe pour l’ensemble du groupe d’ici la fin de l’année.
2010 En 2010, pour la deuxième année consécutive, Mövenpick Hotels & Resorts se hisse au premier rang de la catégorie haut standing de la European Hotel Guest Satisfaction Study réalisée par J.D. Power and Associates.
2005 En 2005, le groupe inaugure des hôtels en Tanzanie et à l’île Maurice et connaît une expansion effrénée en Asie. Après des inaugurations en Thaïlande et aux Philippines, Mövenpick Hotels & Resorts annonce l’ouverture de son premier établissement indien à Bangalore, en 2011.
2001 En 2001, les premiers hôtels Mövenpick font leur apparition le long de la côte nord-africaine, avec des inaugurations en Tunisie et au Maroc, et un an plus tard, le nouveau concept “d’hôtels de pèlerins” est lancé avec l’ouverture du Mövenpick Hotel Jeddah.

En 2003, les premiers hôtels du groupe ouvrent leurs portes dans les EAU, en Turquie et au Koweït. La même année, le groupe est désigné “chaîne hôtelière avec la croissance la plus rapide au Moyen-Orient” au World Travel Market de Londres.
1999 Un an plus tard, Jean Gabriel Pérès accède au poste de PDG de Mövenpick Hotels & Resorts. Riche d’une solide expérience dans le domaine des hôtels cinq étoiles acquise au Moyen-Orient et en Asie, le nouveau patron s’attèle au remaniement du portefeuille d’établissements du groupe.

Les hôtels qui ne correspondent plus au standard en vigueur sont retirés du portefeuille, de nouvelles procédures de standardisation sont mises en place, et une expansion “à taille humaine” commence.
1998 En 1998, le groupe se divise en quatre unités d’affaires séparées pour garantir une plus grande flexibilité: Mövenpick Hotels & Resorts, Mövenpick Gastronomy, Mövenpick Wine et Mövenpick Fine Foods.
1992 En 1992, Ueli Prager cède ses parts majoritaires au baron August von Finck, de Munich. L’esprit d’innovation reste intact.
1991 L’entrée du groupe dans le domaine des croisières de luxe sur le Nil s’effectue naturellement, et en 1991, le HS Radamis lève l’ancre pour son voyage inaugural sous la bannière de Mövenpick entre Assouan et Louxor. Aujourd’hui, Mövenpick compte trois bateaux de croisière sur le Nil et le lac Nasser.
1976 L’expansion se poursuit. Lorsque Ueli Prager rencontre le ministre égyptien du tourisme, qui l’invite à ouvrir un hôtel à proximité des pyramides, il saisit l’occasion. Le Mövenpick Hotel Jolie Ville du Caire, premier établissement hors d’Europe, est inauguré en 1976. Il sera bientôt suivi par d’autres à Louxor, à Héliopolis et sur les rives de la mer Rouge, une destination jusque-là ignorée par les groupes hôteliers.

Ueli Prager figure aussi parmi les premiers à avoir testé les contrats de gestion en 1976. Le concept s’avère un succès, et le groupe enregistre une expansion fulgurante. Il compte bientôt des restaurants en Amérique du Nord et, en 1986, peut annoncer l’inauguration du Mövenpick Hotel Beijing.
1973 Deux hôtels ouvrent leurs portes en Suisse, à l’aéroport de Zurich et à Regensdorf, marquant le lancement officiel de Mövenpick Hotels & Resorts.
1966 Lorsque Ueli Prager porte son attention sur les hôtels, il capitalise la réputation de l’entreprise en termes de qualité, d’abordabilité, de formation du personnel et d’innovation. Après la construction du Jolie Ville Motor Inn en 1966, à Adliswil, près de Zurich, le groupe hôtelier Mövenpick prend son essor en 1973 avec l’inauguration de deux hôtels à Zurich, l’un à proximité de l’aéroport, l’autre à Regensdorf. A cette époque, la construction d’hôtels près des aéroports était considérée comme inutile, mais pour Ueli Prager, elle représentait une opportunité négligée.
1948 C’est une surprenante histoire qui débute, voici plus de 60 ans, alors qu’Ueli Prager se promène au bord du lac de Zurich. Il était à la recherche d’un nom pour son nouveau concept de restauration. Encore une idée simple: servir des repas de qualité, à des prix abordables, dans les plus brefs délais possibles. Tandis qu’il réfléchissait aux différentes possibilités, une mouette (“Möwe” en allemand) descendit en piqué pour happer de la nourriture en plein vol. Cet élégant mouvement reflétait toutes les valeurs cultivées par Ueli Prager: Mövenpick était né.

Cette bonne idée arrive au bon moment. Le premier restaurant d’Ueli Prager, le Claridenhof, ouvre ses portes à Zurich, en juillet 1948. Il propose une carte originale composée de sandwiches, de viandes grillées et de salades fraîches. Le concept de plats simples à la carte au lieu de menus fixes est la première de nombreuses innovations, et deux ans plus tard, un deuxième restaurant ouvre à Zurich.

La carte s’enrichit de nouveaux plats comme le riz Casimir à base de curry (la nourriture épicée est une nouveauté en Suisse); de bons vins sont servis au verre (et non plus à la bouteille, comme le voulait la tradition); et une importance particulière est accordée à la formation des serveurs (une idée inédite en dehors des États-Unis). En 1968, Ueli Prager sait tirer profit du nouveau réseau autoroutier suisse, qui met sur les routes de nombreux voyageurs.